La Charte

La charte

Agir pour changer

Nous, membres du groupe « Agir Pour Changer », croyons et proclamons que la valeur de la vie de l?homme dépend pour une part essentielle de la qualité de la rencontre avec tous ses frères, en particulier, les pauvres, les opprimés, les humiliés, les exclus.

La solidarité avec tout homme est inscrite dans le tissu même de la famille humaine avant d?être gravée dans la Déclaration Universelle des Droits de l?Homme. C?est pourquoi nous sommes prêts à collaborer avec toute personne, toute institution, chrétienne ou non, qui s?engage à briser l?exclusion.

Jésus Christ, qui anime la vie de la plupart d?entre nous, fait de cette relation avec nos frères en difficulté une condition essentielle de notre « être chrétien ». Il va jusqu?à faire du pauvre le visage visible de l?invisible. Il donne même priorité à la reconnaissance du « pauvre » sur la proclamation de sa divinité.

Au Jugement Dernier (Mt 25), lorsque le Seigneur récompensera les justes parce qu?ils lui ont donné à boire, à manger...parce qu?ils l?ont visité à la prison ou à l?hôpital, ceux-ci seront étonnés : « Quand est-ce que nous t?avons vu avoir soif ou faim... ? » Le Seigneur répondra : « En vérité, je vous le dis, dans la mesure où vous l?avez fait pour un de ces petits qui sont mes frères, c?est à moi que vous l?avez fait. » Ils ont agi sans le voir !

Pour nous, Dieu et les pauvres sont deux facettes d?une même réalité. Nous regardons davantage tantôt l?un, tantôt l?autre. Avec Saint Jean, nous affirmons : « Celui qui n?aime pas son frère qu?il voit, ne saurait aimer le Dieu qu?il ne voit pas. » (Jn 4,20)

 

En conséquence 

Nous croyons à la vie

Nous refusons la fatalité de la pauvreté et ce qui y conduit.
Nous nous mobilisons contre toute force de mort. Nous voulons être des agents et des garants de la dignité de l?homme.
Malgré le fait que nous ne disposons pas de solutions toutes faites et que nous-mêmes sommes traversés de faiblesses et de contradictions, nous croyons à la Vie !

 

Avec les pauvres contre la pauvreté

 

Nous voulons aller au-delà de l?aide ponctuelle vers un accompagnement global, visant, avant tout, à responsabiliser et à mettre debout les personnes précarisées. Nous cherchons avec elles la voie pour sortir de l?assistance et aller vers l?autonomie. Tous partenaires pour le bien de tous, nous croyons au partage des expériences, des savoirs et des « richesses » de chacun.

Nous voulons changer les mentalités

Nous nous donnons comme tâche, non seulement de changer notre propre regard sur les défavorisés, mais encore de conscientiser la communauté humaine. Nous voulons provoquer ainsi un changement de mentalité que réclame l?éminente dignité de l?homme. Cela est indispensable si nous voulons associer les pauvres à notre agir :

  • en les laissant prendre toute leur place dans nos communautés,
  • en nous enrichissant de leur apport
  • en acceptant l?insécurité permanente qui naît de se mettre à leur écoute.

Nous crions quelquefois

Au- delà des relations individuelles, nous voulons interpeller ponctuellement au niveau collectif les divers lieux de décision et nous faire porte- parole des démunis. Dans cette optique, nous nous engageons à soutenir celles et ceux qui prennent des responsabilités dans les domaines économiques, sociaux ou politiques.

Dans lʼattention aux familles et aux jeunes

Nous avons le souci particulier des familles car elles jouent un rôle fondamental dans la transmission des valeurs humaines et des repères. Les parents sont les premiers éducateurs de leurs enfants.
Devant un grand nombre d?échecs, nous nous sentons interpellés par les familles elles-mêmes et par les enfants en particulier car, pour eux, même les institutions scolaires restent généralement un lieu où se confirme la trajectoire d?exclusion.

Et les étrangers

« Nous veillerons à un accueil véritable de ceux que la précarité économique, la pauvreté, la dictature ou la guerre ont amenés à chercher chez nous une nouvelle patrie. Nous voulons parier sur une société aux multiples visages où les différences sont reconnues et mises en valeur comme une richesse inestimable. » (Avec les pauvres contre la pauvreté, Déclaration diocésaine, juin, 1996.)

AOUST Jean-Louis

BEAUCARNE Catherine, Sr

BODSON Jean- Christian

BUISSERET Jacques et Brigitte

COLIN Christian et Claudine

DE SAEDELEER Joseph et Monique

FAUTREZ Jean

FONTAINE Paul, abbé

GOBERT Philippe et Marianne

GRAINDORGE Pierre et Renée.

LALEMAN Gérard, Doyen principal

LEJEUNE André

Fait à La Louvière, Le 23 septembre 1996